Maroc

Portail Maroc

Chasse à la baleine: réunion au Maroc pour mettre de l'ordre dans les quotas Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Maroc Maroc
Chasse à la baleine: réunion au Maroc pour mettre de l'ordre dans les quotas
PARIS (AFP) - La Commission baleinière internationale (CBI) va tenter, à partir de lundi à Agadir (Maroc), de mettre de l'ordre dans la chasse à la baleine au risque de fragiliser le moratoire qui les protège depuis 1986.
A condition de limiter la chasse aux trois pays - Norvège, Islande et Japon, sous couvert de "chasse scientifique" - qui la pratiquent actuellement sur des quotas auto-attribués, la CBI suggère de leur offrir pour les dix prochaines années des quotas qui légaliseraient leur activité, notamment dans l'océan austral pourtant érigé en "sanctuaire" depuis 1994.

Ainsi, toutes les formes de chasse passeraient sous son contrôle.


Jusqu'ici, la CBI ne contrôle que la chasse aborigène de subsistance (300 à 400 prises/an) des communautés d'Alaska, du Groenland et de l'Extrême-orient sibérien.

Plus de 1.500 baleines ont été chassées lors de la saison 2008/2009, dont un millier par le Japon, et plus de 30.000 depuis l'entrée en vigueur du moratoire, contre 70.000 par an dans les années 60.

Même si le texte sur la table à Agadir prévoit des quotas en baisse, "ils restent trop élevés dans l'hémisphère nord et inacceptables dans l'océan austral", estime un représentant européen.

"Le moratoire est un succès, plusieurs espèces sont en train de récupérer, mais il faut maintenir l'effort", souligne Jean-Benoît Charrassin, délégué à la commission scientifique de la CBI. "D'autant que les baleines font face à d'autres menaces comme le changement climatique, les pollutions et surtout les prises accidentelles", jamais répertoriées.

Divisée à part égale entre pro et anti-chasse, la CBI, chargée depuis 1946 de gérer la chasse aux grands cétacés, est paralysée: théâtre de violentes empoignades, elle s'avère incapable de dégager un consensus et encore moins une majorité des trois-quarts que ses statuts exigent.

Pire, les soupçons de corruption plannent sur ses travaux: selon des reporters du Sunday Times britannique, des représentants africains et des Caraïbes ont admis avoir voté en faveur de la chasse après avoir reçu des promesses d'aide du Japon, de l'argent ou des prostituées.

Mais si la baleine soulève tant de controverses, c'est qu'elle représente bien plus, de Jonas au Capitaine Achab hanté par Moby Dick, qu'un gros poisson et des tonnes de protéines.

Ces mammifères marins qui communiquent entre eux en chantant émeuvent et portent le débat sur un plan moral: comment peut-on s'arroger le droit de les tuer?

D'autant que l'apport alimentaire et économique de la chasse à la baleine reste marginal: "Pour le Japon c'est même une chasse coûteuse, subventionnée, qui mobilise beaucoup de gens (environ 200 équipages) pour un résultat assez maigre", assure Rémi Parmentier du Pew Environment Group.

"La chasse à la baleine ne compte pas pour l'économie islandaise", reconnaît Eirikur Bergmann, observateur politique à Reykjavik. "C'est plus une question d'indépendance et de nationalisme".

L'Islande pourtant bataille pour le droit d'exporter ses baleines qui, faute de demande intérieure, finissent en patée pour chiens et chats.

L'interdiction du commerce international constituera d'ailleurs un autre point dur de la négociation d'Agadir. Or "il faut à tout prix éviter de restaurer une demande en banalisant le commerce des produits baleiniers", juge Vincent Ridoux, qui conduit la délégation scientifique française.

La Corée du Sud, qui a interrompu sa chasse avec le moratoire, se tient en embuscade et revendique le droit de la reprendre.

Malgré tout, les grandes ONG comme Pew, WWF et Greenpeace estiment un accord possible à Agadir: "C'est ça, ou le statu quo qui ne satisfait personne", relève Susan Liebermann, directrice des politiques du Pew.

Publié le: 21/06/2010 à 06:38:19 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Attentat de Marrakech: les parents d'une victime...

» Après New York, le roi saoudien poursuit sa...

» Arabie: le roi Abdallah en "bonne santé" selon le...

» le roi Abdallah d'Arabie saoudite, en convalescence,...

» Maroc: deux nouvelles tentatives d'immolation par le feu

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2014 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz