Maroc

Portail Maroc

Bruxelles se montre conciliante sur les déficits face à la crise Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Economie / Finances Monde » Economie / Finances
Bruxelles se montre conciliante sur les déficits face à la crise
BRUXELLES (AFP) - La Commission européenne a donné mardi du temps à plusieurs pays pour ramener leurs déficits dans les limites tolérées, montrant sa volonté d'éviter l'épreuve de force alors que la priorité est à la relance et que la crise plombe les finances publiques des Etats.
L'exécutif européen a décidé d'accorder à la France et l'Espagne jusqu'en 2012 pour que leur déficit public repasse sous le seuil maximum accepté en principe, 3% du Produit intérieur brut.

L'Irlande pourra attendre jusqu'en 2013. En revanche la Grèce, dont la situation est jugée moins grave, devra corriger son déficit en 2010 au plus tard.


La Commission avait enclenché à la mi-février des procédures pour déficits excessifs contre ces pays, dont le déficit a dépassé en 2008 la limite fixée par le Pacte de stabilité européen.

Ces procédures visent à mettre la pression sur ces Etats pour qu'ils réduisent leurs déficits, avec la menace d'éventuelles sanctions financières pour les Etats de la zone euro.

L'exécutif européen a dans le même temps décidé mardi de reporter d'avril 2010 à avril 2014 la date à laquelle le Royaume-Uni - seul Etat déjà sous le coup d'une procédure pour déficit excessif avec la Hongrie - devra ramener son déficit sous les 3%.

Ces échéances doivent encore être validées par les ministres européens des Finances.

Mais les délais assez longs fixés montrent que l'exécutif européen a voulu éviter un conflit avec les Etats et faire preuve d'une certaine souplesse, compte tenu de l'ampleur de la récession qui frappe le continent, la plus grave depuis plus de 60 ans.

Les déficits nationaux évoluent à des niveaux records. Selon les dernières prévisions de la Commission, le déficit grec devrait atteindre 3,7% du PIB cette année, celui de la France 5,4%, celui de l'Espagne 6,2%, celui du Royaume-Uni 8,8%, et celui de l'Irlande le niveau record de 11%.

Outre la récession, les différents plans de relance gouvernementaux européens contribuent à creuser les déficits. Face à cette situation, Bruxelles entend appliquer toute la souplesse prévue par le Pacte de stabilité européen.

En vertu d'une réforme réalisée en 2005 sous la pression de nombreux Etats, ce Pacte permet à la Commission européenne de prendre en compte des circonstances exceptionnelles, telle qu'une récession, pour accorder un répit aux gouvernements avant de sévir.

En outre les échéances à présent fixées pourront même être modifiées en cours de route si la récession s'avérait plus sévère que prévu, a déjà indiqué le commissaire européen aux Affaires économiques, Joaquin Almunia.

La Commission devrait ainsi éviter d'engager des bras de fer avec les Etats fautifs, comme cela avait pu être le cas avant l'assouplissement des procédures en 2005. A l'époque, la France et l'Allemagne, en déficit persistant, avaient obtenu le gel du Pacte pour échapper à des sanctions.

Certains pays, comme la France, avaient fait clairement entendre ces derniers mois qu'une attitude trop dure de Bruxelles serait à leurs yeux contre-productive, au moment où la crise impose de dépenser plus.

"On se félicite de l'attitude pragmatique de la Commission qui nous donne jusqu'en 2012", a-t-on indiqué mardi dans l'entourage de la ministre française des Finances Christine Lagarde.

"Il aurait été illogique de nous demander de relancer l'économie et en même temps de réduire le déficit", a-t-on ajouté.

La France prévoit elle-même que son déficit retombe sous les 3% en 2012, à 2,9%.

Publié le: 24/03/2009 à 18:16:35 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Wall Street ouvre en hausse, dopée par Facebook

» Le marché automobile français commence mal l'année

» Un fournisseur de Vuitton va reprendre l'usine Lejaby...

» Bruxelles oppose son veto à la fusion de NYSE Euronext...

» Le Portugal obtient un répit mais les craintes d'une...

Suite »

Ressources web

» Bourse de Casablanca

» Bank Al-Maghreb

» Banque africaine de développement

» Ministère des finances et de la privatisation

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2018 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz