Maroc

Portail Maroc

Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Maroc Maroc
"Brooklyn Maqam", premier festival de musique arabe à New York
NEW YORK (AFP) - Musiciens syriens ou irakiens, chanteuses marocaines, danseuses libanaises, des artistes vivant à New York se produisent durant le mois de mars dans le cadre d'un premier festival de musique arabe qui veut rapprocher les Américains de cultures mal connues.
"Bien sûr nous ne sommes pas au Caire, et ce que nous offrons n'est pas aussi varié. Mais ce festival marque une étape dans le rapprochement des Américains avec des communautés qui ont beaucoup souffert d'ostracisme après les attentats du 11 septembre" (2001, contre le World Trade Center à New York), souligne Key Turner, co-directrice avec la jeune Nicole Macotsis, danseuse orientale professionnelle et arabophone, du festival organisé par le Conseil des Arts de Brooklyn (BAC), avec l'aide de sponsors privés et publics.

Le festival est intitulé "Brooklyn Maqam", le mot "maqam" désignant à la fois un système mélodique oriental et ses applications particulières. Quelques maqam, dont le maqam irakien ou maqam de Bagdad, sont considérés comme un genre musical.


Jeudi 20 mars, le Joe's club, une boîte de nuit de Manhattan dont les critiques musicaux apprécient les programmations, annonce ainsi Samir El Saffar, un musicien qui interprète le traditionnel "maqam" irakien.

Une centaine d'artistes vivant à New York ou dans le New Jersey participent au festival. Parmi eux certains ne connaissent pas leur pays d'origine, comme Eddie "The Cheikh" Kochak, un Syrien octogénaire né à Brooklyn et qui a écumé les fêtes d'anniversaire et de mariage ces quarantes dernières années.

Conséquence, "The Cheikh" a adapté son art au quartier où il a passé sa vie. Et si le "oud" --instrument de musique à cordes classique dans les pays arabes-- est là, les paroles des chansons dénotent une localisation certaine de sa musique: "Ya habibi rock, rock, ya habibi roll roll", semble être un de ses "tubes", repris en choeur par l'assemblée, où l'on peut voir quelques anciens expatriés américains ayant ramené au pays une épouse orientale.

Si la musique arabe est à la mode à Manhattan, où les bars à narguilé attirent une clientèle jeune et fortunée, originaire de ces régions ou pas, la danse orientale est elle aussi, au même titre que la salsa ou le tango, devenue une passion pour des jeunes femmes de toutes origines.

Au "Lafayette grill and bar", un café-restaurant grec au sud de Manhattan, les danseuses du ventre qui se produisent dans le cadre du festival sont des professionnelles d'origine arabe, mais la piste est vite envahie par des clients, parmi lesquels une jeune Japonaise au déhanchement scientifique.

"J'adore", dit Sayoko Williams. "Le mois prochain je danse dans le quartier de Queens (est de Manhattan), à Washington je gagne ma vie avec la danse du ventre, et là je vais enseigner pour les Japonaises de New York", ajoute-t-elle.

"122.000 habitants de Brooklyn sont d'origine arabe", souligne Key Turner. "Les Yéménites sont arrivés dans les années 40, les Marocains et les Palestiniens sont les derniers arrivants, on les voit dans le quartier de Bayridge à Brooklyn, il y a aussi des populations arabophones dans Queens et dans le New Jersey. J'ai pensé que la musique était un bon moyen de les promouvoir après les attentats de 2001, j'ai voulu les aider à retrouver leur fierté et leur culture", dit-elle.

"Cette ville est faite de mixité", dit Phyllis White-Thorne, attachée de presse de la compagnie électrique conEdison, un des sponsors. "C'est ce qui fait la force de ce pays, rassembler les cultures. C'est comme cela que nous apporterons la paix et la sérénité à la société."

Publié le: 17/03/2008 à 10:57:29 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» Attentat de Marrakech: les parents d'une victime...

» Après New York, le roi saoudien poursuit sa...

» Arabie: le roi Abdallah en "bonne santé" selon le...

» le roi Abdallah d'Arabie saoudite, en convalescence,...

» Maroc: deux nouvelles tentatives d'immolation par le feu

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2019 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz