Maroc

Portail Maroc

Le Brésil veut compenser les
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Sc / Environnement Monde » Sc / Environnement
Le Brésil veut compenser les "services écologiques" des peuples d'Amazonie
BRASILIA (AFP) - Le gouvernement brésilien se propose de verser des compensations financières aux peuples d'Amazonie pour les "services écologiques" qu'ils rendent en participant à la protection de la plus grande forêt tropicale de la planète.
"Ce programme est une priorité du ministère de l'Environnement", a annoncé la ministre Marina Silva, pour qui "maintenir la forêt sur pied est un service écologique important rendu à la planète" puisque que la forêt capte les émissions de dioxyde de carbone responsables du réchauffement climatique.

Le ministère de l'Environnement peaufine actuellement un projet de loi qui définira les activités écologiquement correctes, telles que la non-utilisation de produits agro-toxiques. Ce code de bonne conduite sera financé par des fonds publics, des crédits spéciaux et par un marché qui paiera mieux les produits prenant en compte le développement durable, a expliqué à l'AFP le directeur de Déveoppement rural durable, Paulo Guilherme Cabral.


Les bénéficiaires seront notamment les petits agriculteurs, les pêcheurs et les exploitants des produits de la forêt (latex, noix du Brésil, etc).

Pour Raul do Vale, responsable de l'ONG de défense de l'environnement "Institut socio-environnemental", une compensation financière est importante car elle aide les habitants de l'Amazonie à vivre d'une exploitation écologique de la forêt.

De plus, selon lui, "cela freine les activités destructrices", comme la production de soja, l'élevage de bovins et l'extraction illégale de bois, activités plus rentables aujourd'hui qui détruisent chaque année des milliers de km2 de forêt.

"Personne n'arrivera à convaincre un pauvre qu'il ne peut abattre un arbre s'il n'obtient pas en échange le droit de travailler, de manger", a affirmé le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva.

"Si je faisais comme les autres : déboiser, brûler la terre et employer des produits agro-toxiques, j'obtiendrai une belle production. Mais comme je respecte les arbres et que je n'utilise pas d'engrais chimiques, ma production diminue drastiquement. Cela doit être compensé pour que nous puissions subsister", a déclaré à l'AFP Angelino Moreira, petit producteur amamzonien qui a adhéré à un projet écologique pilote gouvernemental dont bénéficient 4.000 familles.

Les compensations pour préserver la forêt sont une vielle revendication des peuples indigènes et traditionnels de toute l'Amérique latine.

Réunis la semaine dernière à Manaus, la capitale de l'Amazonie brésilienne, ces peuples ont demandé que ces incitations financières soient à l'odre du jour des prochaines discussions internationales sur le climat.

"Les populations des forêts qui ne déboisent pas devraient recevoir leur part des bénéfices provenant de fonds internationaux ou des crédits carbone", ont affirmé les représentants de ces peuples.

L'Etat d'Amazonas (nord) a pris les devants et vient de mettre en place une "bourse de la forêt" et il existe d'autres exemples que les Brésiliens suivent de près comme au Costa Rica, où le gouvernement taxe la consommation d'eau et d'essence notamment.

Au cours des trois dernières années, le Brésil -- 4ème émetteur mondial de gaz à effet de serre -- a réussi à réduire de 59% ses taux de déboisement en Amazonie. Mais cette tendance s'est inversée au cours des derniers mois avec une avancée des plantations de soja et de l'élevage.

Publié le: 07/04/2008 à 17:18:22 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La testostérone peut induire des attitudes égocentriques

» Le centre de la parole dans le cerveau n'est pas là où...

» De la taille d'un chat à celle d'un éléphant en 20...

» Une banque du sperme pour la Grande barrière de corail...

» A Davos, une machine pour décoder le génome individuel...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2017 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz