Maroc

Portail Maroc

La bataille des eaux usées en France: encore 268 communes non conformes Atlasvista Maroc
Recherche avancée

Maroc Annonces

Maroc Rencontres

Maroc Blogs

Actualité Actualité
Communauté Communauté
Pratique Pratique
Agenda
Agenda vide
Dossiers Dossiers
Horaires
Gare de Départ
Gare d’arrivée
Rencontres
Je suis
Je cherche
entre et

Fils RSS de AtlasVista
Fils RSS AtlasVista

 
Envoyer cette article à un(e) ami(e)
Votre nom :*
Votre E-mail :
E-mail du destinataire :*
Votre message :
Veuillez copier le code ci-contre : *
*champ obligatoire
Monde » Sc / Environnement Monde » Sc / Environnement
La bataille des eaux usées en France: encore 268 communes non conformes
PARIS (AFP) - La France, qui s'est longtemps accommodée de déverser ses eaux usées dans la nature, est en passe de rattraper son retard et d'échapper ainsi aux amendes européennes, malgré d'ultimes points noirs en région parisienne et sur la Côte d'Azur.
Selon un état des lieux dressé vendredi par le ministère du Développement durable, près de 20 millions d'habitants dans 268 agglomérations attendent encore leur station d'épuration, avec une concentration particulière le long de la Seine autour de Paris et sur les quelques dizaines de kilomètres de côtes entre Menton et Fréjus.

Mais la France revient de loin: 522 communes étaient hors normes fin 2006, exposant notamment l'Etat à 350 millions d'euros de pénalités européennes pour manquement à la directive sur les "eaux résiduaires urbaines" (ERU) datant de 1991.


"La situation était d'autant plus inadmissible que la France dispose des capacités techniques et opérationnelles pour régler le problème, mais les communes trouvaient toujours des tas de raisons de ne pas le faire", a rappelé vendredi le ministre Jean-Louis Borloo.

Dix-huit mois après le lancement de son plan d'assainissement, il estime la bataille de l'eau en passe d'être gagnée.

Sur 146 stations d'épuration non conformes en septembre 2007, 81 ont terminé leurs travaux et 43 les ont démarrés. Restent 22 stations encore au stade "de l'étude", dans 18 départements de métropole et d'Outre-Mer, pour lesquelles les travaux démarreront d'ici décembre, assure-t-il.

Pour "enlever tout prétexte à ne rien faire aux communes" concernées, le ministère a signé vendredi une convention avec la Caisse des dépôts qui va avancer 1,5 milliard d'euros de prêts sur 30 ans, dont 300 millions pour les DOM -avec un taux d'intérêt égal pour tous, "celui du livret A + 0,9%", a précisé le patron de la Caisse, Augustin de Romanet.

Outre que la question des eaux usées manque de séduction, elle représente aussi un gouffre budgétaire: selon un expert du ministère, les travaux des 22 stations restantes absorberont 4 milliards d'euros. Mais surtout, "quand on investit un euro dans une station, il faut en rajouter deux dans le réseau". Soit une ardoise de 12 milliards au total.

Sur la Côte d'Azur, qui concentre quatre des 22 stations encore à l'étude, la mauvaise volonté des élus a été longtemps en cause, mais cette page est tournée, affirme Jean-Louis Borloo. Une quinzaine de stations y ont été mises en conformité ou sont en voie de l'être, souligne-t-il.

Outre des problèmes de localisation -personne ne souhaite une station d'épuration dans son jardin- subsistent des questions d'ordre géologique, la difficulté particulière de gestion des installations littorales, justifie-t-il, réside dans les grandes disparités entre la population hivernale et la déferlante estivale.

L'enjeu est cependant de taille: sanitaire pour ses populations, environnemental alors que la France s'est engagée à restaurer le "bon état écologique" de ses eaux en 2015, mais aussi financier pour échapper aux foudres européennes.

"Bruxelles était dubitatif au départ, après 17 ans de défaillance, mais la preuve que la commission a aujourd'hui confiance, c'est que la menace est tombée de 350 M en 2007 à 150 M d'euros aujourd'hui", relève la secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie Chantal Jouanno.

Publié le: 20/02/2009 à 15:28:27 GMT Source : AFP
Envoyer l'article à un ami
Envoyer
Format PDF
PDF
Vesion imprimable
Imprimer
A lire aussi

» La testostérone peut induire des attitudes égocentriques

» Le centre de la parole dans le cerveau n'est pas là où...

» De la taille d'un chat à celle d'un éléphant en 20...

» Une banque du sperme pour la Grande barrière de corail...

» A Davos, une machine pour décoder le génome individuel...

Suite »

Sondage...
Emprunter l'identité d'une célébrité ou d'une personnalité politique sur des sites Web de réseau social (ex : Facebook) est selon vous:
 Une usurpation d'identité passible de peine de prison  
 Un acte tout à fait habituel et très répandu. Où est le mal ?  
© 2001- 2019 AtlasVista Maroc
Hébergement: Heberjahiz